Comptes de la Sécu : le nécessaire soutien à la médecine libérale

La réduction du déficit de la Sécurité sociale a été significative entre 2010 et 2016 et l’ONDAM 2017 devrait être respecté. Bien que toujours déficitaire, la branche maladie a néanmoins comblé son « trou » d’un milliard d’euros.

Cela traduit les efforts des professionnels de santé, et notamment des médecins libéraux dont les honoraires ont peu augmenté : ceux des médecins généralistes ne progressent que de 1,5%. La progression du taux global des honoraires médicaux est exclusivement liée à un effet volume. Les médecins libéraux répondent à une demande en soins croissante alors que leurs tarifs ont stagné voire diminué.

L’évolution du budget des soins de ville est principalement causée par la forte augmentation des indemnités journalières pour arrêts maladie. Cette augmentation témoigne d’un milieu du travail qui souffre et d’une société qui va mal.

En réponse à l’intervention de la ministre de la Santé, la CSMF a rappelé qu’elle était prête à s’engager pour un accès aux soins sur tout le territoire national. Pour cela, il est nécessaire d’accompagner le regroupement des médecins libéraux – médecins généralistes et médecins spécialistes – sous toutes ses formes, et pas uniquement au travers des maisons de santé pluriprofessionnelles. La coordination entre médecins généralistes et médecins spécialistes de proximité doit aussi être absolument favorisée et valorisée. Un meilleur accès aux soins ne pourra se passer des nouveaux modes de communication : le développement de la télémédecine (téléconsultation, téléexpertise, télésurveillance) est indispensable.

La CSMF a rappelé à la ministre que la médecine libérale est prête à s’engager dans une politique de prévention et qu’elle devait y avoir toute sa place.

Elle a reformulé son appel à restaurer d’urgence la confiance entre la ministre et les médecins libéraux. Attachée au dialogue conventionnel, la CSMF a demandé à la ministre la suppression de l’article 99 de la LFSS 2017, préalable indispensable à la reprise du dialogue.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Jeudi, 6 juillet, 2017