L'édito du Dr Jean-Paul Ortiz

Réforme de la Santé : un accouchement difficile !

Edition du Médecin de France du 11 juillet 2018 

Le 13 février dernier, le premier ministre annonçait une réforme « globale, cohérente et méthodique » de l’ensemble du système de Santé pour sortir d’une méthode « cloisonnée » et fondée sur une tarification à l’acte qui pousse « à la course aux volumes ».

Une réforme annoncée et organisée autour d’un calendrier serré puisque celle-ci devait être divulguée au plus tard en mai 2018… puis reportée en juin, en septembre, et à ce jour à l’automne…

Selon le premier ministre, cette réforme n’aura pas pour ambition de dépenser moins, mais de dépenser mieux, en imaginant pour l’hôpital une nouvelle organisation de soins, la fin annoncée de la T2A et la prise en compte du mal-être des agents hospitaliers.

Pour la médecine de ville, la remise en cause du numérus clausus, l’avènement de la pertinence et des réponses concrètes à la désertification médicale étaient, entre autres, à l’ordre du jour.

Mais ce jour semble avoir du mal à se lever, et l’amendement mort-né d’Olivier Véran pour remplacer, dans la Constitution Française, les termes de sécurité sociale par protection sociale, montrent la fébrilité du gouvernement au sujet de cette réforme.

Une fébrilité qui devient anxiogène pour tous les professionnels de santé conscients que cette réforme en profondeur est nécessaire, mais inquiets sur l’impact de celle-ci pour leurs exercices…

Le président de la République a pourtant annoncé au Congrès de la Mutualité à Montpellier, en juin dernier, qu’il fallait s’attendre à des changements notables dès 2019… Va-t-on enfin sortir d’un système de santé structuré autour et par l’hôpital ?

Il devient urgent d’annoncer cette réforme promise !

Dr Jean-Paul ORTIZ
Président de la CSMF

Consulter les archives du Médecin de France.